Zoom sur…Kevin, ex-père au foyer

Je connais Kevin depuis maintenant plusieurs années, depuis une époque lointaine où il n’était pas encore papa et où l’on faisait des soirées ensemble (dont une virée mémorable en Italie pendant 3 jours !). Comme nous habitions pas loin l’un de l’autre, j’ai pu voir sa première fille grandir jusqu’à ses 1 an et demi avant qu’il ne déménage à la montagne. Je l’ai aussi vu se transformer grâce à la paternité, le fêtard s’effaçant peu à peu pour laisser place au père qu’il est devenu. Il a lui aussi été papa au foyer pendant un an et je lui ai demandé de me parler de la paternité avec ses mots. Je vous laisse découvrir ce jeune papa !


Photo retouchéePrénom : Kevin

Ton âge actuel : 28

Profession : Cadre dans l’animation

L’âge où tu es devenu papa : 26

Nombre d’enfants : 2


« Tout le monde sait comment on fait les bébés, mais personne ne sait comment on fait les papas »

Devenir père, le début d’une nouvelle vie

Ex-cadre, je suis parti de la ville pour vivre  à la montage. Pas vraiment aventurier, à la naissance de ma fille nous avons pris une décision radical avec ma chérie : partir loin des villes et des médias. Très (trop?) joueur, je suis d’un naturel optimiste et souhaite vivre ma vie en sourires et en rires. Carpe Diem comme on dit !

L’arrivée de ma fille a été la décision la plus « grave » que j’ai dû prendre. Je ne dis pas « grave » dans le sens maladif, mais plutôt dans l’importance que cette décision représentait pour moi, pour nous.

Quand ma fille est née, je suis devenu papa au foyer…et maintenant je vais redevenir une deuxième fois papa, mais ce coup-ci je serais papa (en contrat) saisonnier. L’expérience de cette année géniale avec ma fille je la recommande à tous les futurs papa (ce blog ne me contredira pas !), mais mes économies ne me permettent plus de subvenir aux besoins d’une famille qui s’agrandit. Je serais désormais saisonnier afin de profiter un maximum de temps de mes filles et de ma femme, bref de ma vie.

D’ex coureur de jupon à « Papa mi-canard mi-poule »

Grand, l’archétype du blond au yeux bleus, j’ai bien profité de la vie et pas que étudiante (le dragueur fêtard avec pour mode de vie : soirée / filles / études)…Mais 10 ans après, j’ai retrouvé mon premier amour et se fut comme une évidence pour tous, sauf pour nous deux et pourtant…

La fin de mes études s’est terminée par un stage que j’ai réalisé près de chez elle et, l’année suivante, madame est tombée enceinte. Je commençais à devenir « papa canard » : ma dame demande, monsieur exécute ! En même temps, elle portait ma fille…

En 2014 ma moitié, à la suite de 48h de travail (je n’imaginais pas que ma femme c’était Rambo au féminin !) mis au monde ma fille, finalement par césarienne. Se fut le premier jour du reste de ma vie. Je n’avais jamais trop apprécié les nourrissons auparavant, mais ce jour-là ce petit être nu de 3,3 kg qui a cherché à me téter ne pouvait suspecter tous les changements qu’elle allait me procurer : Papa poule était là.

La grossesse : voyage au fond des abysses aux allures de Star Wars

Pendant la grossesse, des mots comme échographe, gynécologue, périmètre crânien, position du placenta, fémur, clarté nucale…se transforment de mots vagues ou confus en mots d’importance capitale !

yodaJe tiens à remercier les scientifiques d’avoir créé les échographies et surtout les échographes. Car non ce n’est pas Yoda avec des antennes que vous voyez sur cette image, mais bel et bien le rein de ma fille. Tout au long des deux grossesses, ces rendez-vous m’ont permis de réaliser que : non ce n’est pas alien qui cherchait à sortir du nombril de ma chérie, mais bel et bien ma fille qui grandit.

L’évolution physique et psychologique extraordinaire (dans tous les sens du terme) qu’amène une grossesse est juste la plus belle des expériences qui m’ait été donné de vivre. Cette silhouette qui gonfle, aussi volumineuse qu’un ballon de basket tout en restant harmonieuse…à tel point que ma chérie devenait ce que j’avais de plus précieux.

Oh ma fille…merci de me faire devenir Papa

Je voudrais que tu saches que je ne serais jamais le papa parfait que j’espèrerais, mais je serais le papa qui fera tout pour le devenir et qui essayera de t’apporter tout ce qu’il sait le mieux, et même ce qu’il ne sait pas vraiment…Pardonne-moi tes défauts, qui seront peut être la transmission de mes peurs, pardonne-moi ta vie, qui sera être la transmission de mon univers. Oh ma fille, retiens au moins de moi un enseignement inconditionnel : accepte l’autre comme il est, non pas comme tu voudrais qu’il soit.


La paternité change vraiment un homme, c’est drôle de voir comment les enfants peuvent nous mettre les pieds sur terre. Avoir un enfant c’est beaucoup de contraintes, le début d’une nouvelle vie, beaucoup de galères mais aussi d’autres formes de plaisir que l’on découvre : celle de la vie de famille. Merci à Kevin d’avoir accepté de me parler de sa vision de la paternité, j’espère que ça vous a plu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s