Les 2 et 3eme mois – Le 1er Vaccin

Le 1er mois avec bébé est un peu comme un round d’observation : on apprend à se connaître, on prend notre rythme, on commence à anticiper ses besoins…à l’approche du 2eme mois (quoi, déjà deux mois qu’il est là??) on ne se souvient déjà plus comment c’était la vie avant d’être parent. Bien sûr, le souvenir des grasse mat’ du samedi matin nous rend parfois nostalgique, mais pour rien au monde nous n’échangerions cette petite boule d’amour (et de bave, de caca et de pipi). Les 2eme et 3eme mois de notre Loulou nous ont apporté leur lot de nouveautés et de tracas, sans oublier qu’ils marquaient les derniers moment de vie à trois, le congé maternité se terminant à la fin de cette période.

Le progrès principal de notre fils a été sans hésitation la découverte de son pouce. Nous avons essayé la tétine, sans succès, car nous n’étions pas très fan qu’il prenne son pouce (plus difficile pour lui retirer, les déformations du palais sur le long terme, etc.) mais au final il faut avouer que ça nous a bien changé la vie. Et oui car, à l’instar de la tototte, bébé est libre de le prendre quand il veut, il n’y a pas besoin de lui nettoyer tout le temps et on est sûr de pas le perdre. Il peut donc assouvir son besoin de succion quand il le désire et, alléluia, ça lui a permis de faire ses nuits. Il le prenait en effet pour s’endormir et, au lieu de pleurer pour son biberon le matin, il se mettait à le téter ce qui l’aidait à retrouver le sommeil. Depuis ses 2 mois nous pouvons donc profiter de réveils entre 6h30 et 8h le matin, bien mieux que le 4h d’avant !

Le pouce, parfait pour s'endormir quand on est bébé et pour fuguer quand on est ado

Le pouce, parfait pour s’endormir quand on est bébé et pour fuguer quand on est ado

Durant ces deux mois, la communication avec notre petit bout a elle aussi évolué. Comme je le racontais dans l’article Le séjour à la maternité, notre Chouquette (il est tout petit est à croquer, donc voila) a toujours été très calme, il gardait ses grands yeux ouverts à l’affût du moindre bruit et était curieux de tout. Très vite nous avons pu établir un dialogue avec lui en étudiant ses expressions : regard rieur quand il était content, sourcils froncés quand quelque chose l’interloquait, grands yeux ouverts quand il était surpris…nous arrivions plus ou moins à le comprendre. De son coté par contre il était, comme tous les bébés, une vrai petit éponge à émotions. Les nouveaux nés ressentent le climat émotionnel autour d’eux, ils ne peuvent pas interpréter ce qui se passe et se prennent tout de façon brut. Nous supposons que c’est la raison de son calme à la maternité, quand sa mère n’allait pas bien. C’est aussi pourquoi il faut éviter les gestes ou paroles trop brusques en sa présence car il prend vite peur (pas de chance pour lui, j’éternue et tousse assez fort régulièrement…mais il commence à s’habituer !).

Mais même si je le faisais sursauter souvent, il arrivait que ma présence soit préférée à celle de ma moitié. Principalement quand il pleurait sans que nous sachions pourquoi car sa mère, comme toutes les mères, avait tendance à paniquer et donc lui communiquait son anxiété (c’est des éponges je vous dis) alors que pour ma part je m’en foutais je restais zen et arrivais à le calmer. Pour y arriver d’ailleurs, nous essayions différentes positions car M.Louis avait ses exigences et, parfois, il chouinait tant qu’il n’était pas dans celle qui lui convenait. Blotti contre nous, allongé dans le creux de notre bras, le ventre contre notre avant-bras (apparemment cette position n’est pas mal si votre bout de chou fait des coliques) ou assis le dos contre notre poitrine, à nous de trouver la bonne ! Heureusement que notre crevette avait un peu grandi par rapport à sa naissance (4kg250 pour 54,5cm à 2 mois), pour le manipuler c’était déjà plus rassurant.

Comme il était plus grand, nous pouvions aussi commencer à ressortir avec lui. Au début nous n’osions pas trop (il est si petit !) mais nous nous sommes motivés histoire de ne pas rester enfermer durant tout le congé maternité (et nous entretuer). Si pour la poussette il suffit de bien le couvrir, en voiture il faut faire plus attention. Les bébés se déshydratant très vite, ne les laissez pas en plein soleil (vive le part soleil Winnie l’ourson), ne circulez pas dans les embouteillages (si la voiture avance bébé dort car il est bercé, si la voiture ne bouge plus bébé se réveille et là…OUIIIIIIN) et évitez de rouler à fond les fenêtres grandes ouvertes. Je ne vous ferais pas l’affront de vous conseiller de ne pas le laisser seul dedans pour faire les courses ou de ne pas fumer dans votre véhicule, mais bon…ne le faites pas !

Si vous laissez votre bébé dans la voiture en plein soleil, il pourrait ressembler à ça

Si vous laissez votre bébé dans la voiture en plein soleil, il pourrait ressembler à ça

Autre moment marquant de cette période qui nous a causé pas mal de soucis…la vaccination. C’est en effet à 2 mois qu’a normalement lieu le 1er vaccin, mais notre fils n’étais pas de cette avis. Le jour de son 2eme mois-niversaire, nous avions rendez-vous chez le pédiatre mais, depuis la veille, il nous faisait des pics de fièvre par intermittence. Nous étions inquiets, mais comme il mangeait et dormait nous n’avons pas paniqué (un bébé avec 40 de fièvre qui mange et dort est moins inquiétant qu’un bébé avec 38 qui ne se nourrit plus). Une fois là bas, le médecin nous a directement envoyé à l’hôpital (on ne prend pas de risque avec un petit de 2 mois), où nous sommes restés cinq jours (Youpi). Il n’avait rien de très grave (infection escherichia coli, bactérie présente dans les selles) mais pour le diagnostiquer le pauvre chouchou a subit une prise de sang, des analyses d’urines et de selles, ainsi qu’une ponction lombaire (pour voir si l’infection était généralisée). Pas de très bons souvenirs pour nous !

Nous avons donc dû attendre ses 3 mois avant de faire le 1er vaccin (DTCPH, une initiale par maladie), le jour de la reprise du travail de ma chérie (et donc de mon intronisation en tant que Papa au Foyer). Le vaccin en lui même s’est bien passé, mais (manque de chance…) bébé a attrapé un petit rhume au même moment. Ma première semaine a donc été assez difficile. Loulou ne faisait que chouiner du matin au soir et me faisait paniquer à s’étrangler avec sa salive, j’ai bien failli craquer plus d’une fois ! Mais depuis tout se passe à merveille, les trois premiers mois ont vraiment été fatiguant et riche en changements, une parfaite formation avant d’endosser mes responsabilités de Papa à temps plein.

2 réflexions sur “Les 2 et 3eme mois – Le 1er Vaccin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s