Le 1er mois – Apprendre à être parent

C’est quand on ramène son bébé à la maison que les choses sérieuses commencent. Les sages femmes ne sont plus là pour nous aider ou nous conseiller et il faut répondre aux besoins de son nouveau né à temps plein. Au début, c’est un peu comme jouer à Shifumi : soit il a faim, soit il a fait dans sa couche, soit il veut être rassuré, à nous de bien répondre à son besoin. En général les mamans ont un bon 6eme sens pour ça dès le début et, avec le temps, on arrive plus ou moins à savoir ce qu’il veut selon ses pleurs.  Le temps d’adaptation à cette nouvelle vie est plus ou moins longue, il faut faire connaissance avec son enfant et apprendre à être parent.

Notre premier défis avec ma compagne a concerné l’alimentation. Nous avions décidé d’allaiter (je dis « nous », mais c’est plus ma copine…je n’ai pas fais ma montée de lait) et avons pu profiter de très bons conseils à la maternité : bien coller le visage du nourrisson contre le sein, pincer le mamelon pour que la forme épouse celles de ses lèvres, différentes positions pour faciliter les choses…sur le papier rien de bien compliqué, mais dans les faits c’est pas de la tarte. Tout d’abord, certaines femmes ont des mamelons ombiliqués (plus d’information dans cet article) ce qui peut rendre la tâche plus ardue car il est plus difficile au petit de bien s’accrocher. Ensuite, les tétées étant espacées de 3-4h au début (pendant 10 à 20 minutes à chaque fois), c’est très fatiguant pour la mère. Le nouveau né n’ayant pas conscience du jour et de la nuit, qu’il soit 15h ou 3h ça ne lui fait ni chaud ni froid. C’est d’autant plus fatiguant que le papa ne peut malheureusement pas aider (sauf si vous tirez votre lait). La dernière difficulté vient de la douleur, car même sans dent le bébé pince fort. Pour lui enlever le sein n’essayez pas de tirer car à mon avis votre sein ne sera pas gagnant ! Il suffit juste de glisser un doigt entre vous et sa bouche pour le décrocher en douceur, et utilisez des crèmes hydratantes pour sauver vos mamelons (attention à ce qu’elles soient compatibles avec l’allaitement).

"Mouais...ça serait meilleur avec du Benco"

« Mouais…ça serait meilleur avec du Benco »

Mon but n’est pas de vous dégouter de l’allaitement, c’est un moment privilégié entre une mère et son enfant et c’est de loin le meilleur pour lui au début, mais il faut s’accrocher et trouver comment fonctionne votre duo. Ma chérie a eu beaucoup de mal à s’y mettre, surtout après son séjour à la maternité qui l’a vraiment épuisé. Elle a tenu 10 jours et a ensuite dû arrêter pour des raisons médicale et, bien que triste au début, elle a vraiment été soulagé de pourvoir partager cette tâche avec moi (le biberon de 3h c’est que du bonheur). Pour les laits de substitution, il existe une large gamme de choix et il nous en fallu 3 avant de trouver celui qui convenait le mieux à notre fils. Le choix du biberon est aussi important, la forme et la matière de la tétine peuvent en effet gêner le bébé. Prévoyez plusieurs modèles éventuellement pour assurer le coup (je ferais un article sur ce sujet plus tard).

Le second défis a été de trouver un rythme de croisière pour arriver à nous occuper du petit et nous reposer. La sieste (notre pire ennemi quand on a 5ans) devient alors notre meilleur ami. Avec ma moitié c’était plus ou moins tous les jours (surtout au début) pour essayer de tenir la nuit. Le congé maternité dure 3 mois après la naissance, il faut donc en profiter au maximum pour se reposer car la reprise arrive bien plus vite qu’on ne le pense. Chaque bébé est différent en terme de sommeil, si certain ont de la chance d’avoir un bébé qui fait ses nuits tout de suite, d’autres peuvent avoir un petit pleureur qui va les épuiser de jour comme de nuit. Il faut tenir bon, récupérer dès qu’on peut et espérer qu’il prenne la tétine ou le pouce rapidement. Pour Louis, il a fallu attendre un peu plus d’un mois pour qu’il le trouve et ça nous a changé la vie !

Le troisième défis de ce premier mois a été le bain. Notre Loulou étant une crevette à la naissance (voir l’article L’accouchement), le manipuler était assez stressant surtout quand on a jamais tenu de bébé avant comme moi. Mais une fois qu’on a pris conscience qu’un bébé est plus proche du chewing-gum que du vase en porcelaine ça s’améliore. Ils sont plus solides qu’on ne le pense, il faut juste éviter de faire des accoues quand on les déplace et aucun problème. Pour le laver, le 1er élément important est la baignoire. Au début, nous en avions récupéré une qui ne convenait pas car elle était trop grande. Les nouveaux nés aiment être emmaillotés, ils n’apprécient pas le « vide » autour d’eux (ils n’ont connu que le ventre de leur mère où ils étaient bien au chaud). Du coup, le fait de le plonger dans l’eau sans qu’il ne touche les bords le faisait paniquer et les bains étaient assez expéditifs. Nous sommes ensuite passés à un autre modèle, plus petit, et depuis aucun soucis. Pensez donc à adapter la baignoire à votre bébé ! (Voir l’article sur le sujet)

Et pour terminer, le dernier défis, le pire de tous…le change. Si au début les premières couches sont gentilles (le méconium, ça colle, c’est noir mais niveau odeur on s’en sort pas mal), les choses empirent assez rapidement. Il faut savoir que je suis plus ou moins « cacaophobe », j’avais prévenu ma compagne avant de faire un enfant sur ce point là mais je n’y peux rien c’est maladif. Le simple fait d’en parler peut me faire tirer au cœur, le change était donc entièrement dédié à sa mère (aujourd’hui je suis obligé de le faire la journée, avec une cuvette…qu’est ce qu’on ferait pas par amour !). Lorsque notre crevette était allaitée, les cacas étaient réguliers et donc, bien que nombreuses, les couches étaient peu chargées. D’ailleurs c’est simple, une fois accroché au sein il fallait attendre approximativement dix secondes avant d’entendre un bruit de siphon. Une fois passé au lait en poudre, la consistance, la couleur et la fréquence ont changé, mais je vous laisse le plaisir de découvrir ça par vous même.

Ne vous laissez pas avoir par ses grands yeux bleus, dans sa couche se cache l'antre du démon

Ne vous laissez pas avoir par ses grands yeux bleus, dans sa couche se cache l’antre du démon

Ce 1er mois avec notre fils était donc le mois des premières fois. Tout ce que nous faisions était nouveau, pour nous comme pour lui, et nous avons dû nous adapter à ses besoins. La vie à trois n’est pas la même que la vie à deux, il faut du temps pour apprendre à fonctionner ensemble, bien gérer son sommeil et être à l’écoute. Il vient tout juste d’arriver mais il vous mène par le bout du nez, pas d’autres choix que de vous plier en quatre pour répondre à ses exigences…Mais ne vous en faîtes pas, vous pourrez vous venger quand il sera adolescent !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s